Le métier d'Aide-Soignant

L’aide-soignant aide la personne soignée à maintenir et recouvrir son indépendance et son autonomie autant que possible, à développer son potentiel de santé, à soulager sa souffrance, à vivre ses derniers moments.
L’aide-soignant travaille en collaboration avec l’infirmier et sous sa responsabilité. Il réalise des soins visant à compenser partiellement ou totalement un manque ou une diminution de l’autonomie de la personne ou d’un groupe de personnes.
Son rôle s’inscrit dans une approche globale de la personne soignée et prend en compte la dimension relationnelle des soins. L’aide-soignant accompagne les patients et les résidents dans les activités de leur vie quotidienne. Il contribue à leur bien-être et à leur faire recouvrer ou maintenir, dans la mesure du possible, leur autonomie.
Il participe, dans la limite de ses compétences et dans le cadre de sa formation aux soins préventifs, curatifs ou palliatifs, dans le respect des droits et de la dignité des personnes.

Le programme
de formation
Aide-Soignant

Le référentiel de formation des aides-soignants décrit, de façon organisée, le savoir-faire et les connaissances associées qui doivent être acquis au cours de la formation conduisant au diplôme.
Il est élaboré à partir du référentiel d’activités du métier et du référentiel des compétences exigées pour le diplôme.

  • Accompagner les personnes dans les actes essentiels de la vie quotidienne et de la vie sociale, personnaliser cet accompagnement à partir de l’évaluation de leur situation personnelle et contextuelle et apporter les réajustements nécessaires.
  • Identifier les situations à risque lors de l’accompagnement de la personne, mettre en œuvre les actions de prévention adéquates et les évaluer
  • Evaluer l’état clinique d’une personne à tout âge de la vie pour adapter sa prise en soins
  • Mettre en œuvre des soins adaptés à l’état clinique de la personne

L’aide soignant peut devenir assistant médical ou par le biais de la formation continue se spécialiser dans certaines activités : agent de chambre mortuaire, agent de stérilisation, hémodyalise, aspiration endo-trachéale, assistant gérontologique. 

D’autres métiers sociaux ou paramédicaux sont accessibles aux aides-soignants ayant quelques années d’expérience et désirant s’y former : assistant dentaire, aide médico-psychologique, moniteur-éducateur, laborantin d’analyses médicales, infirmier. 

Ainsi, les aides-soignants ayant 3 ans d’exercice à temps plein peuvent intégrer un IFSI (institut de formation en soins infirmiers) après avoir satisfait aux épreuves de sélection. 

RÉPARTITIONS DE LA DURÉE DE FORMATION

D’une durée totale de 1 540 heures, soit 44 semaines, la formation est organisée conformément au référentiel de formation prévu à l’annexe III. Elle comprend des enseignements théoriques et pratiques organisés en institut ou à distance et une formation réalisée en milieu professionnel.
La formation théorique et pratique est d’une durée totale de 770 heures ou 22 semaines. La formation en milieu professionnel comprend 770 heures correspondant à un total de 22 semaines de 35 heures.

La formation théorique et pratique comprend dix modules, un dispositif d’accompagnement pédagogique individualisé, des travaux personnels guidés et un suivi pédagogique individualisé des apprenants.

L’enseignement théorique peut être réalisé à distance en fonction des modules concernés. Il est réalisé sous forme de cours magistraux, de travaux dirigés ou de travaux pratiques. Les enseignements théoriques et pratiques peuvent être mutualisés entre classes d’apprenants.

Les outils de simulation en santé sont utilisés pour favoriser les apprentissages pratiques et gestuels. L’inter-professionnalité est recherchée.

LES LIEUX D’EXERCICE SONT TRÈS VARIÉS. AINSI LES AIDE-SOIGNANTS ONT LA POSSIBILITÉ D’EXERCER :


    • En milieu hospitalier dans des établissements publics ou privés
    • Service d’hospitalisation de court séjour : Médecine chirurgie ou spécialités
    • Services d’hospitalisation de moyen séjour : Convalescence, rééducation, soins de suites.
    • Services de long séjour : gériatrie
    • En extra hospitalier : service de soins à domicile
    • Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes
    • En santé mentale, psychiatrie : Maison d’accueil spécialisée
    • En services hospitaliers d’un établissement public de santé mentale (sous certaines conditions).

PRINCIPES PÉDAGOGIQUES

C’est une formation professionnelle qui repose sur un dispositif réglementé d’alternance et s’appuie sur 3 principes :

  • La progression

Le découpage en modules de formation centrés autour de l’acquisition de compétences conduit à l’organisation de parcours professionnels personnalisés. L’alternance temps d’enseignement théorique et temps clinique permet une confrontation des connaissances avec les réalités professionnelles et conduit l’élève à une démarche réflexive et à construire son identité professionnelle.

  • L’initiative

Les modalités de la formation, les méthodes pédagogiques s’attachent à développer chez les élèves en formation des capacités d’initiative et d’anticipation visant à un exercice professionnel responsable.

La formation est basée sur la participation des élèves, par l’instauration d’une pédagogie active. L’interactivité permet à l’élève d’apprendre à confronter son savoir avec celui des autres, le resitue au centre du processus de l’apprentissage et en fait un véritable acteur de sa formation.

  • L’individualisation

Un dispositif de suivi pédagogique personnalisé est instauré. Il permet à l’élève de mesurer sa progression et de déterminer son projet professionnel. L’équipe pédagogique met à la disposition de l’élève des outils qui le guident dans son apprentissage. Le formateur s’appuie sur les ressources des élèves pour développer leur sens des responsabilités et de la créativité.

La formation est un temps d’acquisition, d’appropriation et de transfert de connaissances. Les conceptions pédagogiques qui sous-tendent le processus d’apprentissage s’articulent autour de méthodes actives issues de différents courants pédagogiques :

  • La pédagogie par compétences

Elle est centrée sur l’apprenant et est orientée vers la réussite. Cette pédagogie permet de décliner les capacités à atteindre par l’élève et de préciser les critères d’évaluation.

  • La pédagogie basée sur l’action du formateur

Elle permet à l’élève participant à des cours magistraux associés à des techniques démonstratives et interrogatives, un questionnement, une analyse réflexive.  Des supports audio-visuels et des livrets d’apprentissage complètent cette pédagogie centrée sur l’intégration.

  • La pédagogie basée sur l’action  de l’élève

Elle favorise l’ouverture à la réflexion et à l’autonomie par la mise en place de travaux de groupe à l’IFAP/IFAS, travaux d’animation et travaux dirigés, individualisés, en partenariat avec les lieux de stage.

  • La pédagogie différenciée

Elle respecte la singularité de l’élève et permet une forme d’individualisation du parcours de formation. Elle se formalise également au travers du suivi individualisé.

La formation en milieu professionnel comprend quatre périodes de stages à réaliser en milieu professionnel. Ces périodes peuvent être effectuées dans différentes structures employeurs, publiques ou privées, du champ sanitaire, social ou médico-social, en établissement, en hospitalisation à domicile ou dans les services d’accompagnement et d’aide à la personne. Le parcours de stage comporte au moins une période auprès de personnes en situation de handicap physique ou psychique, et une période auprès de personnes âgées

Quatre périodes en milieu professionnel doivent être réalisées :

    • période A de 5 semaines
    • période B de 5 semaines
    • période C de 5 semaines
    • période D de 7 semaines : en fin de formation, période intégrative en milieu professionnel, correspondant au projet professionnel et/ou permettant le renforcement des compétences afin de valider l’ensemble des blocs de compétences.

Au moins une période clinique doit être effectuée auprès de personnes en situation de handicap physique ou psychique et une période auprès de personnes âgées.

LA POSTURE RÉFLEXIVE

L’entraînement réflexif est une exigence de la formation permettant aux élèves de comprendre la liaison entre savoirs et actions, donc d’intégrer les savoirs dans une logique de construction de la compétence.

Le référentiel de formation est articulé autour de l’acquisition des compétences requises pour l’exercice des différentes activités du métier d’aide-soignant.

Il met en place une alternance entre l’acquisition de connaissances et de savoir-faire reliés à des situations professionnelles, la mobilisation de ces connaissances et savoir-faire dans des situations de soins.

La formation est structurée autour de l’étude de situations donnant aux élèves l’occasion de travailler trois paliers d’apprentissage :

  • « Comprendre », l’élève acquiert les savoirs et savoir-faire nécessaires à la compréhension des situations
  • « Agir », l’élève mobilise les savoirs et acquiert la capacité d’agir et d’évaluer son action
  • « Transférer », l’élève conceptualise et acquiert la capacité de transposer ses acquis dans des situations nouvelles.

Cette posture se développera notamment grâce à la simulation en santé, qui leur permettra d’appréhender des situations de soins en interprofessionnalité.

AXES D’APPRENTISSAGE PROPOSÉS

  • Raisonnement clinique :

 Le raisonnement clinique est défini comme «une démarche systématique qui intègre et met en lien, à partir d’un examen physique et d’une écoute active, les signes et les symptômes recueillis, permet l’élaboration d’hypothèses de problèmes de santé réels ou potentiels et d’hypothèses de réactions humaines physique et comportementale réelles ou potentielle, cette démarche se terminant par la validation de l’hypothèse la plus probable »[1] (T.Psiuk, A.Marchal 2002 )

« Le raisonnement clinique est fondamental à l’exercice de la profession soignante et notamment infirmière. Il permet un travail en interdisciplinarité nécessaire à la complexité des situations de soins »9 (T.Psiuk, A.Marchal ,2002)

Il est indispensable de prendre en compte qu’il existe différentes méthodes de résolution de problèmes (Inductif et déductif).

L’objectif étant de permettre à l’élève de repérer puis d’analyser ce qui est invariant dans une situation et ce qui est singulier. 

  • Situations proposées dans les unités de formation

Les situations choisies par l’équipe pédagogique prennent en compte les pathologies prévalentes et/ou problématiques sociétales de la région Aquitaine.

Au cours de chaque unité de formation, l’équipe pédagogique fait le choix de situation permettant d’aborder différentes problématiques de santé, différents lieux d’exercice.

L’outil pédagogique « simulation en santé » est mis en œuvre au service du raisonnement clinique lors de l’enseignement du module 1 dans l’apprentissage du recueil de données.

L’équipe pédagogique a construit les situations en termes de paliers d’apprentissage en lien avec les unités de formation. Ces situations ont été complexifiées au fur et à mesure de la formation.

[1] « Le paradigme de la discipline infirmière en France » A. Marchal, T. Psiuk, Séli Arslan 2002.

Retour haut de page